Maison Chénier-Sauvé

Lieu d’exception, familles d’influence : l’histoire de la maison Chénier-Sauvé

Nouvelle exposition présentée à la maison Chénier-Sauvé

Présentée dans le Salon vitré et le bureau de Paul Sauvé de la maison Chénier-Sauvé, la toute nouvelle exposition Lieu d’exception, familles d’influence : l’histoire de la maison Chénier-Sauvé vous invite à aller à la rencontre de celles et ceux à qui ont appartenu la maison Chénier-Sauvé et le terrain sur lequel elle se trouve, ainsi qu’à découvrir comment ils ont, à leur façon, marqué à la fois l’histoire de Saint-Eustache et celle du Québec tout entier.

Cette exposition vous invite à partir à la découverte des anciens résidents du 83, rue Chénier et de leurs multiples contributions à l’histoire des lieux, celle de Saint-Eustache et celle du Québec. Le site occupé aujourd’hui par la maison et les jardins Chénier-Sauvé fut pendant longtemps un lieu de prédilection pour les notables eustachois. Au total, on retrouve parmi les anciens propriétaires des lieux pas moins de cinq députés; dont trois d’entre eux habitèrent la maison construite par Georges Lauzon en 1890.

Journaliste, médecin, auteur et instituteur, Jacques Labrie y fonda en 1820 une école pour filles, où il enseigna pendant près d’une décennie l’histoire, la géographie, l’anglais, le français et les mathématiques. Le marchand eustachois William-Henry Scott représenta pendant de nombreuses années le Parti patriote dans le comté des Deux-Montagnes. Arthur Sauvé fut chef du Parti conservateur du Québec avant de devenir ministre fédéral des Postes, puis sénateur. Son fils Paul suivit les traces de son père et succéda en 1959 à Maurice Duplessis comme premier ministre du Québec, après avoir dirigé pendant plus d’une dizaine d’années le ministère du Bien-être social et de la Jeunesse. Enfin, Pierre de Bellefeuille contribua à l’élection du premier gouvernement péquiste en devenant député du comté des Deux-Montagnes pour le Parti québécois en 1976. Le site de la maison Chénier-Sauvé appartint aussi pendant un temps au docteur Jean-Olivier Chénier, chef des patriotes de Saint-Eustache, mort durant la bataille du 14 décembre 1837.

Le 20e siècle vit aussi naître les splendides jardins Chénier-Sauvé, œuvre de la dernière propriétaire privée du site et épouse de Pierre de Bellefeuille, madame Thérèse Romer, passionnée d’horticulture.

Le bureau de Paul Sauvé

Paul Sauvé fut sans doute l’un des plus illustres propriétaires de la maison sise au 83, rue Chénier, qui porte d’ailleurs aujourd’hui son nom. Cet ancien Eustachois connut une carrière militaire et politique brillante qui culmina avec son accession à la fonction de premier ministre du Québec. Plongez-vous dans l’atmosphère du bureau d’un homme politique des années 1950, découvrez-y de nombreux objets lui ayant appartenu, et apprenez-en davantage sur ses nombreuses réalisations.

Entrée libre.

Historique

Construite en 1890.

En 1756, le seigneur Eustache Lambert-Dumont concède un vaste lot au croisement des rivières des Mille-Îles et du Chêne à un dénommé Pierre Paradis. Le terrain est par la suite divisé en plus petites parcelles. Deux d'entre elles sont achetées au XIXe siècle par un notaire de Saint-Eustache, Pierre-Rémy Gagnier. En 1820, le docteur Jacques Labrie ouvre les portes d'une école pour filles sur la propriété que son épouse, Marie-Marguerite Gagnier, a héritée de son père. Labrie en est l'instituteur principal; sa propre fille, Zéphyrine, y étudie. On y donne des cours de français, d'anglais, de mathématiques, de géographie et d'histoire. L'institution jouit, jusqu'à sa fermeture en 1828, d'une excellente réputation.

En 1837, l'ancienne école, qui appartient alors au gendre de Labrie, Jean-Olivier Chénier, est incendiée par les troupes britanniques. Georges Lauzon, entrepreneur et maire de Saint-Eustache, achète le terrain en 1889 et fait construire la maison actuelle l'année suivante. En 1923, Arthur Sauvé se porte acquéreur de la maison et du terrain. Son fils Paul Sauvé les rachète en 1944.

Né en 1907, Paul Sauvé devient député du comté de Deux-Montagnes pour le parti conservateur du Québec en 1930. Il est élu sous la bannière de l'Union nationale en 1936. Il s'enrôle dans l'armée de réserve comme lieutenant en 1931. Il est mobilisé lors de l'entrée en guerre du Canada en 1939. Il quitte le Canada pour l'Europe en 1943 avec les Fusilliers du Mont-Royal. Le 6 juin 1944, il prend part au déparquement de Normandie. À son retour, il devient ministre dans le cabinet de Maurice Duplessis. Il remplace ce dernier comme premier ministre du Québec et chef de l'Union nationale en 1959. Quelques mois plus tard, au mois de janvier 1960, il meurt à Saint-Eustache.

En 1970, le futur député du Parti québécois Pierre de Bellefeuille achète le terrain et la maison. Son épouse, Thérèse Romer, grande passionnée d'horticulture, est responsable de la création des jardins de la maison Chénier-Sauvé. On y retrouve plus de 300 espèces végétales, dont plusieurs espèces indigènes. Les jardins sont aussi complètement biologiques. Un système hydraulique inventé par Romer et s'approvisionnant dans la rivière du Chêne permet d'irriguer les jardins.

Construite en 1889, la maison Chénier-Sauvé a été acquise par la Ville de Saint-Eustache en 2006 dans le but avoué d’en faire bénéficier l’ensemble des citoyens. En 2014, suivant l’annonce d’une importante subvention du ministère de la Culture et des Communications, un comité de travail a été créé afin d’analyser le projet de réfection et de trouver la meilleure façon d’exploiter sa vocation culturelle. Les imposants travaux de restauration se sont achevés en août 2017.

Horaire et tarifs

Visites autonomes et commentées de l'exposition

Du 11 juin au 31 août 2018, tous les jours de 10 h à 17 h

Entrée libre.

Coordonnées

Maison Chénier-Sauvé

83, rue Chénier

Saint-Eustache, Québec

J7R 1W9

Renseignements (visites):

Téléphone:  450 974-5170

 
Ce site est géré et opéré par la Corporation du Moulin Légaré